Kiné Annuaire, site des kinés et kinésithérapeutes
Le premier site média de la kinésithérapie

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

La comptabilité et le juridique. Kine Annuaire "le premier site média de la kinésithérapie". Kiné-Annuaire.fr est un site créé par les kinés pour les kinés.

Charges sociales des Kinésithérapeutes et utilisation du résultat disponible

Envoyer Imprimer PDF

IDEE RECUE : les charges sociales sont importantes ….. Qu’en est-il réellement ?

 Les charges sociales des travailleurs non salariés se répartissent en deux grandes catégories :

- les charges obligatoires

- les charges facultatives (dites loi Madelin) article 154 bis du CGI

Les charges obligatoires comprennent :

- L’assurance maladie

- Les allocations familiales (URSSAF)

- La retraite vieillesse

Les charges facultatives comprennent :

- L’assurance maladie – décès invalidité

- L’assurance complémentaire retraite

- L’assurance perte emploi

Toutes ces cotisations obéissent à des règles bien définies que vos conseils experts comptables connaissent bien et que vous pouvez consulter.

Sans entrer dans les détails les charges obligatoires sont inversement proportionnelles aux revenus :

Exemple :                                    Revenus                                    Cotisations obligatoires

              10 000 euros 43.56 %

20 000 euros 34.41 %

30 000 euros 31.88 %

40 000 euros 28.90 %

Avec des revenus de :              145 000 euros le taux atteint 21.80 %

 

Conclusions : les charges obligatoires des professions libérales n’ont pas systématiquement l’impact  que redoutent les professionnels. A contrario, les professionnels ne peuvent pas s’attendre à une retraite importante, les cotisations obligatoires étant faibles.


Il reste une part significative (dans les limitations autorisées par la loi) pour éventuellement avoir recours aux charges facultatives. Est-ce une bonne solution ?

Nous ne pouvons pas apporter de réponse  à cette question car beaucoup de paramètres s’imbriquent dans  les réponses (exemples non exhaustifs) :

- Quels sont les revenus dont le professionnel a besoin chaque mois ?

- Quel taux d’imposition sur le revenu le professionnel est-il assujetti ?

- Quelle rentabilité les cotisations facultatives ont-elles ?

- Quels autres avantages sociaux et fiscaux ponctuels et si la possibilité existe (PEE-PERCO etc….) ?

- Faut-il créer une SELARL pour que les revenus soient linéaires (appointements et dividendes) ?

- Comment évoluera la législation sociale et fiscale à moyen et à long terme ?

 CONCLUSIONS GENERALES : il convient d’analyser chaque situation et bien appréhender les conséquences des décisions prises sur le court, moyen et long terme.

Consultez nos experts comptables : Gautheron Fabien expert comptable