Kiné Annuaire, site des kinés et kinésithérapeutes
Le premier site média de la kinésithérapie

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Vous souhaitez Démarrer dans la vie en tant que kiné, kinésithérapeute, ostéopathe... Kiné Annuaire vous propose des articles pour démarrer dans la vie. Vous souhaitez des infos sur les cabinets de kinésithérapeute, vous pouvez consultez les annonces de vente de cabinet ou d'offres d'assistanat de kiné.

Démarrer en exercice libéral : les contrats d'assurance

Envoyer Imprimer PDF

Vous êtes fraîchement diplômé et vous avez envie d’exercer une activité libérale, certains contrats d’assurance sont nécessaires ou conseillés pour pratiquer sereinement

1 – La RESPONSABILITE CIVILE PROFESSIONNELLE :

Ce contrat est OBLIGATOIRE car il assure votre responsabilité vis-à-vis de vos patients. N’ayant pas d’employeur, vous êtes seul et unique responsable de toutes les erreurs que vous pourriez commettre lors de votre activité qui pourrait occasionner un préjudice sur un patient. Du plus petit (dommage matériel) au plus grave (invalidité).

Ce contrat a pour rôle d’assurer votre défense dans le cadre d’un litige de ce type, et de prendre en charge les éventuels frais d’indemnisation qui serait dus à votre patient.

 

2 – La PREVOYANCE :

Vous devez assurer votre activité contre l’arrêt de travail.

En effet, nul n’est à l’abri d’une mauvaise chute au ski, d’un accident de voiture ou pire encore d’une maladie grave. Et si, du jour au lendemain, vous n’êtes pas en mesure d’aller travailler, seule la CARPIMKO (Votre caisse de retraite) peut vous venir en aide.

Problème : cette aide se limite à 46 €/jour et surtout, elle n’intervient pas avant le 91ème jour d’arrêt de travail. C'est-à-dire que vous aurez trois mois durant lesquels vous n’aurez aucuns revenus en ayant bien sûr toujours des charges à payer.

La PREVOYANCE doit vous permettre de percevoir suffisamment d’indemnités journalières pour vous permettre de vivre sereinement ce coup du sort.

De plus, en cas de problème grave qui remet en question votre capacité à pratiquer votre métier, elle doit vous permettre de percevoir une rente d’invalidité jusqu’à votre retraite.

CONSEIL IMPORTANT pour vous Mesdames : la PREVOYANCE doit couvrir la grossesse pathologique.

 

3- La MUTUEL :

La prise en charge Caisse Primaire d’Assurance Maladie (CPAM) de vos dépenses de santé est en moyenne de 70% du tarif de la sécurité sociale. Il vous faut une mutuelle qui vous assure le complément mais aussi qui vous assure sur les postes spécifiques qui vous occasionnent le plus de frais (frais ophtalmologiques et dentaires notamment).

 

4- l’AUTOMOBILE :

Si vous êtes amené à faire des soins à domicile avec votre véhicule, vous devez en informer votre assureur qui doit le spécifier sur votre contrat.

REMARQUE: un refus de sa part ou une majoration de cotisation peut être un motif de résiliation de votre part.

 

Vous décidez d’arrêter les remplacements et/ ou les assistanats et de vous lancez dans l’association ou la création d’un cabinet, d’autres contrats sont souhaitables :

5 – L’ASSURANCE DE PRÊT :

Dans le cadre d’un prêt professionnel pour acheter les « murs » ou la patientèle, évitez l’assurance proposée par les banques. Il s’agit généralement d’assurance avec des franchises importantes (90 jours) et non adaptées à votre activité professionnelle.

Au même titre que la PREVOYANCE, l’assurance de prêt doit prendre en compte les spécificités de votre métier en cas d’invalidité.

 

6 - le LOCAL PROFESSIONNEL :

Votre local s’assure comme une habitation, la fonction change puisqu’il vous permet d’accueillir vos patients et contient du matériel professionnel (cellu M6, balnéo, physiothérapie, …).

ATTENTION : à la signature d’un bail dans le cadre d’une location, ou d’un acte d’achat dans le cadre d’un achat, vous devez fournir une attestation d’assurance pour le bien en question.

Avec l’assurance du local, mieux vaut souscrire une PERTE D’EXPLOITATION.

Cette assurance vous permet de toucher des indemnités journalières dans le cas où votre cabinet soit inutilisable suite à un sinistre garantie (incendie, dégât des eaux important…). Ces indemnités doivent vous permettre d’attendre la fin des travaux ou de prendre en charge les frais occasionnés par une location temporaire.

 

MEYERS Frédéric, assureur, MEDICALE DE FRANCE