Kiné Annuaire, site des kinés et kinésithérapeutes
Le premier site média de la kinésithérapie

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Vous souhaitez Démarrer dans la vie en tant que kiné, kinésithérapeute, ostéopathe... Kiné Annuaire vous propose des articles pour démarrer dans la vie. Vous souhaitez des infos sur les cabinets de kinésithérapeute, vous pouvez consultez les annonces de vente de cabinet ou d'offres d'assistanat de kiné.

La Retraite servie par les régimes obligatoires suffira t'elle ?

Envoyer Imprimer PDF

COTISATIONS

Le régime commun à l'ensemble des professions libérales a été réformé le 1er janvier 2004, il est désormais géré par la Caisse Nationale d'Assurance vieillesse des Professions Libérales (CNAVPL). Bien entendu, la cotisation est proportionnelle aux revenus, elle est répartie sur deux tranches :

  • La 1ere à 8,6% sur les revenus jusqu'à 30 049 €
  • La seconde à 1,6% sur les revenus de 30 050 € jusqu'à 176 760 €.
>> Suite de l'article : La Retraite servie par les régimes obligatoires suffira t'elle ?

Les structures et les modes d'exercice pour les Masseurs kinésithérapeutes

Envoyer Imprimer PDF

Dans le secteur public et la sécurité sociale

- Fonction Publique Hospitalière

- Union des Caisses Nationales de Sécurité Sociale.

>> Suite de l'article : Les structures et les modes d'exercice pour les Masseurs kinésithérapeutes

La Fiscalité en Libéral

Envoyer Imprimer PDF

Les masseurs-kinésithérapeutes relèvent de la catégorie des BNC (bénéfices non commerciaux), comprenant non seulement les profits issus des actes mais aussi ceux provenant de la vente d’appareils de prothèse.

De plus, qu’il exerce à titre individuel, avec ou sans Société Civile de Moyens (SCM), ou en groupe (Société civile Professionnelle (SCP)),  le masseur-kinésithérapeute relève de l’impôt sur le revenu. Il conserve cependant la possibilité d’exercer sous forme de sociétés commerciales imposées à l’impôt sur les sociétés : Société d’Exercice Libéral.

Les prestations d’actes réalisées par les masseurs-kinésithérapeutes sont exonérées de TVA.

Cette exonération s’applique également aux fournitures de biens dans la mesure où elles constituent le prolongement direct des actes dispensés aux patients.

 

En résumé, la profession est soumise à un cadre réglementaire assez large mais qui se doit de répondre aux obligations de l’exercice libéral.

A l'heure actuelle, aucun texte n’interdit par exemple à un masseur-kinésithérapeute d’avoir une activité commerciale parallèle à sa fonction  libérale. Néanmoins, seule une société  strictement commerciale et juridiquement  indépendante (SARL, entre autres) peut permettre de développer son activité via diverses campagnes de promotion notamment.

Kinésithérapie et spécialisation

Envoyer Imprimer PDF

Optez pour une diversification

Le masseur-kinésithérapeute intervient de plus en plus sans prescription : remise en forme, relaxation, massages... Son domaine de compétence a évolué, et les moyens dont il dispose se sont également élargis : en plus des traditionnels ballons lestés, des haltères ou de poulies, il utilise désormais de l’hydrothérapie, des infrarouges, et toute une panoplie de matériels de plus en plus sophistiqués.

>> Suite de l'article : Kinésithérapie et spécialisation

Prévoyance et Retraite

Envoyer Imprimer PDF


L'exercice d'une profession en libéral apporte une autonomie importante, mais également l'obligation de gérer soi-même les problématiques de protection sociale et de retraite.

Le régime obligatoire du Masseur-kinésithérapeute, la CARPIMKO, dispose de garanties de prévoyance, mais elles sont insuffisantes pour apporter un maintien de revenu correct en cas de maladie ou d'invalidité.

En ce qui concerne la retraite, un bilan régulier est nécessaire, afin de s'assurer que l'on avance dans la bonne direction.

La CARPIMKO, Caisse autonome de retraite et de prévoyance, a été créé en 1948. Elle gère la retraite des masseurs-kinésithérapeutes et celle des infirmiers, des pédicures/podologues, des orthophonistes et des orthoptistes. Elle est l'une des dix sections professionnelles de la Caisse nationale d'assurance vieillesse des professions libérales (CNAVPL). 
Son fonctionnement est contrôlé par les ministères de la Santé et des Solidarités, de l'Économie et des Finances, ainsi que par la Cour des comptes.
A l'heure actuelle, plus de146 000 professionnels de santé libéraux sont inscrits à la CARPIMKO. Les régimes concernés sont : le régime de base, le régime complémentaire et le régime des praticiens conventionnés (ASV). Il existe également un régime invalidité-décès obligatoire et un régime particulier pour les conjoints collaborateurs.

L'allocation vieillesse est accordée, sur leur demande, à tous les professionnels et est calculée en fonction de la durée de cotisations.

Page 3 sur 4