Kiné Annuaire, site des kinés et kinésithérapeutes
Le premier site média de la kinésithérapie

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Kine Annuaire, vous propose toutes les actualités sur la santé dans le monde de la kinésithérapie. Des articles de qualité sur les techniques, les douleurs, et les débats d'actualité sur la santé. Nous vous proposons des articles rédigés par des personnes de référence dans le domaine de la santé et de la kinésithérapie. En tant que kinés, nous vous tenons informés des études parues aux cours des derniers mois. Les kinésithérapeutes publient de nombreux articles, il est souvent difficile de les retrouver. Kine-annuaire.fr recense les études et vous les propose directement sur le site des kinés fait pour les kinés.

Santé et Actualités

La prise en charge kinésithérapique du conflit antérieur de hanche

Envoyer Imprimer PDF

Cette notion est assez nouvelle car elle résulte d’une compréhension du mouvement de l’articulation coxo-fémorale. C’est à partir de l’analyse biomécanique et non statique de cette articulation que Ganz à décrit 2 phénomènes responsables de cette pathologie de hanche. Il explique que les douleurs que ressent le patient sont provoquées par un conflit entre la jonction tête / col du fémur et le bord antérieur du cotyle. Avant cela, le diagnostic médical concluait à une pubalgie dans sa forme peu évoluée ou plus tard à une coxarthrose lorsque les lésions étaient trop importantes.

>> Suite de l'article : La prise en charge kinésithérapique du conflit antérieur de hanche

Aponévropathies plantaires chez les personnes de plus de 40 ans

Envoyer Imprimer PDF

Introduction

L’aponévrosite plantaire (plantar fasciitis pour les anglo saxons) ne se rencontre pas uniquement chez les sportifs. Il s’agit d’une pathologie de surmenage sur une membrane conjonctive souvent dégénérative. L’âge moyen d’apparition de cette pathologie est de 40 ans et elle est bilatérale dans plus d’1 cas sur 3. Les femmes sont 2 fois plus touchées que les hommes.

La disparition définitive des douleurs est souvent difficile à obtenir sur des structures dégénératives avec des déséquilibres morphologiques anciens, chez des personnes qui attendent d’être à un stade très avancé pour consulter.

L’épine calcanéenne (heel spur en anglais) n’a aucune valeur diagnostique. Elle est présente chez 16 % de la population mais n’est pas douloureuse dans tous les cas. Elle est le signe radiologique des tractions myo aponévrotiques. C’est lorsque l’épine comprime les tissus environnant qu’elle devient douloureuse.

>> Suite de l'article : Aponévropathies plantaires chez les personnes de plus de 40 ans

Prévention et kinésithérapie des lésions du Ligament Croisé Antérieur (LCA) en ski alpin

Envoyer Imprimer PDF

Le ski est un sport particulièrement pourvoyeur de lésions ostéo-ligamentaires. L’entorse de genou étant la blessure la plus fréquente, représente entre 32 et 36 % de l’ensemble des lésions rencontrées en ski alpin. La blessure grave que l’on rencontre le plus est la rupture du Ligament Croisé Antérieur (LCA). On compte en effet entre 15000 et 16000 ruptures de LCA chez les skieurs, ce qui représente 12 % de l’ensemble des lésions du skieur. Ce taux s’élevant à 20 % chez la femme, contre 9.2 % chez l’homme (source de Médecins de montagne). Notons que l’on compte 2 femmes blessées pour 1 homme alors que ces derniers représentent 75 % des skieurs.

Les blessures concernent à la fois les skieurs de haut niveau, préparés physiquement, mais à la recherche de performances, mais également les skieurs occasionnels pour qui le ski représente quasiment leur seule activité sportive de l’année. Les lésions de LCA touchent d’ailleurs plus les skieuses débutantes responsables d’une faute technique par inadvertance, ou les skieurs amateurs souvent déconditionnés physiquement. Notons que les atteintes des membres inférieurs sont proportionnellement plus élevées chez le skieurs amateur.

>> Suite de l'article : Prévention et kinésithérapie des lésions du Ligament Croisé Antérieur (LCA) en ski alpin

Reprise du sport en charge après entorse de cheville : le test d’impaction

Envoyer Imprimer PDF

Introduction

La reprise de l’activité physique après une entorse moyenne ou grave de cheville est parfois autorisée trop précocement. Obligeant le sportif à s’arrêter de nouveau ou à forcer sur une cheville pas totalement guérie. L’aspect visible de la cheville et les délais statistiques ne sont pas des critères de reprise formels. Le ressenti du patient est à interpréter puisque c’est une donnée subjective et que le patient est en inactivité relative. De plus, souvent pressé de reprendre, il peut omettre de signaler des sensations douloureuses sur certains gestes.

Il existe un test essentiel pour évaluer la présence ou non d’hydarthrose talo-crurale. C’est le test d’impaction, utilisé aussi pour diagnostiquer un syndrome du carrefour postérieur de cheville.

>> Suite de l'article : Reprise du sport en charge après entorse de cheville : le test d’impaction

Les ondes de choc en kinésithérapie du sport : Indications et Protocoles de traitements

Envoyer Imprimer PDF

Voir aussi : La place des ondes de chocs dans le traitement des tendinopathies chroniques

Historiquement, c'est en urologie que des ondes mécaniques ont été appliquées, pour la première fois à l'extérieur du corps, dans le but de détruire des calculs rénaux. On parle alors de lithotripsie ou ESWT (Extra corporeal Shock Wave Thérapy). Dans les années 90, c'est en traumatologie qu'ont été observées les capacités de ces ondes à favoriser la consolidation osseuse notamment dans des cas de pseudarthrose. Par la suite, elles ont été utilisées dans différents types de lésions musculo-squelettiques. On parle alors d'orthotripsie.

Une onde de choc se caractérise par une brutale augmentation de pression, suivie d'une rapide phase de pression négative. Le dosage du traitement se fera en fonction de la densité d'énergie acoustique : énergie (mJ) / surface (mm2) et du nombre d'impulsions. Il existe donc plusieurs niveaux d'énergie : basse, moyenne et haute densité d'énergie.

>> Suite de l'article : Les ondes de choc en kinésithérapie du sport : Indications et Protocoles de traitements

Page 10 sur 14