Kiné Annuaire, site des kinés et kinésithérapeutes
Le premier site média de la kinésithérapie

  • Increase font size
  • Default font size
  • Decrease font size

Kine Annuaire, vous propose toutes les actualités sur la santé dans le monde de la kinésithérapie. Des articles de qualité sur les techniques, les douleurs, et les débats d'actualité sur la santé. Nous vous proposons des articles rédigés par des personnes de référence dans le domaine de la santé et de la kinésithérapie. En tant que kinés, nous vous tenons informés des études parues aux cours des derniers mois. Les kinésithérapeutes publient de nombreux articles, il est souvent difficile de les retrouver. Kine-annuaire.fr recense les études et vous les propose directement sur le site des kinés fait pour les kinés.

Rééducation en kinésithérapie du ligament croisé postérieur du genou (LCP)

Envoyer Imprimer PDF

Les cas de rupture isolée du ligament croisé postérieur sont beaucoup moins fréquents que celle du ligament croisé antérieur. Nous les rencontrons peu à part dans certain milieu sportif.

En revanche, nous sommes parfois confrontés à des patients dont la pathologie résulte d’une ancienne rupture de ce ligament du genou.


1) Les mécanismes lésionnels

rupture ligament croisé postérieur en kinésithérapie- Hyper-extension du genou par traumatisme appuyé :

C’est par exemple le plaquage antérieur au rugby. Le blocage du tibia jambe en extension avec poursuite du mouvement vers l’avant engendre une atteinte du LCP, puis des coques condyliennes et enfin du point d’angle postérieur si l’intensité du tiroir est très élevée.

- Choc direct type AVP (50% des cas):

Il s’agit là souvent d’une rupture isolée avec un choc direct au niveau de la face antérieure du tibia avec le genou en position fléchi. C’est le choc du genou contre le tableau de bord en voiture, ou le motard qui est heurté par le par choc. Alors, le tibia recul brusquement créant ainsi une rupture du ligament. Les coques condyliennes sont ici détendues car le genou est fléchi.



2) Rappel anatomique et rôle du LCP

schéma du genou ligament croisé postérieurInsertion:

—  Sur la face latérale du condyle médial, en avant de l’échancrure ET en arrière sur le tibia, sur la surface rétrospinale.


Action :

—  Assure la stabilité postérieure du genou en limitant le recul du tibia par rapport au fémur.



test tiroir postérieur ligament croisé kinésithérapie3) Mise en évidence de la laxité postérieure

Comme pour tout examen clinique,  la recherche de la laxité postérieure se fait sur un patient  détendu et de manière comparative au côté sain. On test le genou dans le plan sagital pour observer ou non un tiroir postérieur qui est le signe d’une rupture du LCP.

Nous devons aussi contrôler la présence d’un récuvartum  qui est systématiquement présent en cas de rupture.

ATTENTION :

En décubitus dorsal, genou fléchi à 90°, il existe un tiroir lié au poids de la jambe donc il faut d’abord rechercher l’effacement de la TTA par recul du tibia avant de rechercher les tiroirs.



4) Evolution d’une rupture du LCP

Il existe que très rarement cicatrisation spontanée du ligament. Dans une atteint isolée, il n’y a pas de traitement chirurgical. Le traitement est fonctionnel car le patient  tolère bien l’absence du LCP. Il restera pour le patient une « impression d’instabilité » avec peu de gêne occasionnée sauf dans des actions de freinage articulaire brutal (descente d’escalier)

Dans le temps le tiroir postérieur restera et le patient risque de développer un syndrome rotulien douloureux par augmentation de la pression fémoro-patellaire.

L’augmentation de l’hyperextension provoquera l’usure du point d’angle postérieur (ménisque).

En revanche, si il existe en plus des lésions des plans périphériques, la laxité  sera conséquente ( surtout si externe ) et la chirurgie deviendra le traitement de choix.



5) Prise en charge rééducative

Le traitement est fonctionnel d’emblé avec de l’antalgie (voie orale) + physiothérapie (TENS)

1ère Phase: J0 à J30

—  - Immobilisation relative avec une attelle rigide amovible en extension pendant 1 mois

—  - Marche avec appui  précoce

—  - Lutter contre l’hydarthrose et l’œdème : K-Taping®, Myosonic®, …

—  - Retour progressive aux amplitudes articulaires: flexion et extension: mobilisation passive

—  - Eviter la position postérieur du tibia = subluxation postérieure → on met un coussin derrière le mollet partie haute

—  - Eviter le travail des ischio-jambiers en CCO

—  - Electrostimulation du quadriceps + renforcement isométrique ++++


2ème Phase : J30 à J60

— - Si les amplitudes articulaires sont correctes et que la trophicité musculaire le permet alors on passe au renforcement du quadriceps +++

→ press leg

→ ½ squat

→ travail en CCF (proprioception, plaque bio-oscillante:                                                                        Body green ®)

→ travail de renforcement excentrique  et concentrique du quadriceps sur machine isocinétique ( Con-Trex® )

isocinétisme rééducation ligament croisé postérieur

— - Renforcement du mollet


3ème Phase: J60à J90

—  - Intensification de la proprioception du genou

—  - Poursuite du renforcement du quadriceps

—  - Début du travail en pliométtrie

—  - Retour à l’activité sportive progressive en fonction des sensations du patient

—  - Reprise du travail d’appuis  sur terrain: changement de direction, accélération, …. Jusqu’à la reprise de l’entrainement

proprioception ligament croisé postérieur

CHANTELOT Ludovic CKS Gerland - Masseur Kinésithérapeute